"Toute tentative pour sonder l'avenir tout en affrontant les problèmes du présent devrait se fonder, je le crois, sur l'étude du passé." Robert DARNTON, Apologie du livre, demain, aujourd'hui, hier, Gallimard éd., 2011.

dimanche 28 juin 2015

Sur La mécanique du texte de Thierry Crouzet

La mécanique du texte - Thierry Crouzet
J'ai lu d'une foulée La mécanique du texte de Thierry Crouzet et j'en recommande la lecture.
Cet essai, à mon humble avis, est intéressant, bien documenté et rigoureusement argumenté, même si au final il peut donner l'impression de reprendre simplement la vieille antienne rimbaldienne du "il faut être absolument moderne".

Car en effet, même s'il est fort probable qu' « avec chaque nouvelle technologie, de nouvelles possibilités rendent envisageables des œuvres autrement impensables », et qu'il est incontestablement pertinent d'avoir, comme il l'a fait, étayé son argumentation à partir de la formule de Nietzsche dans une de ses correspondances : « Notre outil d'écriture participe de nos pensées.», il me semble que nous restons là, à la fois, dans l'expérience personnelle (celle de Thierry Crouzet, même s'il l'illustre habilement de maintes références), et, justement, dans les sentiers tracés par des auteurs du passé. 
Et cela, l'air de rien, engendre un subtil décalage. Par exemple si, en ce qui me concerne, je suis réservé sur les "liseuses" et autres nouveaux dispositifs de lecture, c'est parce qu'ils sont encore très imparfaits, qu'ils contraignent voire contrôlent nos lectures, et s'apparentent souvent à une forme d'arnaque commerciale. Thierry Crouzet, lui, et contrairement à moi, aime bien les appareils électroniques, et sa réserve du coup se porte plus globalement sur les ebooks, qu'il présente comme : « une façon de contenir la modernité naissante ». Jolie expression qui fleure bon son 19e siècle ;-)
  
Deux points de vue
  
En octobre 2014 j'ai publié : Les Mutations du Livre et de la Lecture. Dans ce travail spontané j'ai cherché à attirer l'attention sur le fait que le numérique et ses codes actifs sont aussi du langage, et que ce que j'observais pourrait peut-être bien s'apparenter alors à une véritable évolution de notre ordre conceptuel et, par là, s'inscrire dans l'épopée de l'espèce humaine, au même titre que le langage et que l'écriture.
En désignant des marqueurs d'e-incunabilité, les arguments que je me suis efforcé d'avancer allaient, selon moi, dans le sens d'une reconfiguration du système rhétorique de notre espèce et d'une éventuelle entrée dans un nouvel âge, que je proposais de baptiser : le Bibliocène.
 
En fait, là où Thierry Crouzet voit une possible "révolution esthétique", je vois moi une "mutation cognitive".
Ni lui, ni moi, ne pouvons sans doute nous départager objectivement. C'est à d'autres je pense qu'il reviendrait de le faire, de faire la part des choses, de nos accords et de nos divergences, de là où peut-être nous nous complétons, et en quoi sinon nos discordances pourraient être profitables pour éclairer la période que nous traversons ?
 
A la lecture de l'essai de Thierry Crouzet j'ai été sensible à sa perception affective de la démarche d'auteur face à l'extrême contemporain. A un moment, au sujet du Web, de sa réalité de bibliothèque universelle, cette expression, par exemple, d' "extension mémorielle ad infinitum de l'homme connecté".
Mais j'ai bien l'impression que cela reste dans un rapport presque magique aux machines, à la modernité, à la technique, à la science aujourd'hui figurée par l'informatique.
Et l'humain ? Et la dimension spirituelle de l'humain, en particulier, et du vivant en général ?
 
En envisageant comme je le fais les actuelles mutations des dispositifs et des pratiques d'écriture et de lecture au niveau d'une fusion du narratif et du biologique (comme je l'évoquais récemment dans Redécouvrir la magie des mots), je sors du champ du livre pour penser au niveau de la lecture et du comment, comme le langage, elle influence notre perception et conditionne notre rapport à ce que nous appelons "réalité". Pour moi, il y a longtemps que la lecture est sortie du bois !
 

Si on cherche ses clés dans le cercle de lumière au pied du lampadaire, avec de la chance, on peut les trouver, mais on ne peut guère trouver... autre chose.
Et si cela semblait peu aimable de ma part, que l'on sache bien que, dans ce rapprochement de nos deux visions, je me compare à l'allumeur de réverbères de la cinquième planète (Cf. Le Petit Prince de Saint-Exupéry).
 
J'ai vraiment trouvé intéressant de constater qu'à la toute fin de son essai, Thierry Crouzet approche, entre les lignes, des voies que j'explore, et qu'aujourd'hui je pourrais formuler ainsi : le livre de demain comme un miroir de l'autre côté duquel le lecteur pourra passer (voir, entre autres, ici...).
 
Avec La mécanique du texte, Thierry Crouzet adopte le point de vue d'un auteur (plutôt technophile). Avec Les mutations du Livre et de la Lecture, j'adopte celui d'un lecteur (plutôt pas technophile, et potentiellement d'un chercheur). Deux points de vue différents (mais probablement en partie complémentaires).
 
P.S. du 1er juillet 2015 : une autre facette de ma lecture de cet essai sur Viabooks : Thierry Crouzet, le texte influencé par la technique...

mardi 23 juin 2015

Présentation de prototypes pour la médiation numérique du livre

Ces prototypes de librairie et de bibliothèque numériques sont développés sur la plate-forme web 3D immersive EVER [Environnement Virtuel pour l'Enseignement et la Recherche] de l'Université de Strasbourg, avec le logiciel libre opensimulator.




Dans le cadre du programme ML3D [Ma Librairie en 3D] nous testons également un "Métacafé Littéraire". L'idée est de reproduire à distance pour la francophonie l'ambiance et les possibilités d'échanges entre lecteurs et auteurs du monde physique...
 
L'exacte reproduction des conditions physiques d'une rencontre autour d'un auteur...
Des décors et des émotions semblables pour une expérience partagée unique !

lundi 1 juin 2015

Oser rêver le futur du livre, comme un futur magique !

A lire sur Viabooks : Redécouvrir la magie des mots, parce que "L'exposition "Magie, anges et démons dans la tradition juive", qui a lieu jusqu'au 19 juillet 2015 à Paris au Musée d'art et d'histoire du judaïsme, ne peut que faire écho chez toute personne sensible à la lecture et aux pouvoirs des mots."

 


Extrait : "Il faut aujourd'hui oser rêver le futur du livre, comme un futur magique. La mutation du système rhétorique, c'est-à-dire du programme d'influence du langage sur nos esprits, relève davantage de cet ordre de la puissance magique des mots, que de celui des simples dispositifs de lecture.
Algorithmes, métadonnées et big data, ne sont que les expressions contemporaines de forces antédiluviennes, des mots substitués pour désigner en fait des avatars, d'anges et de démons.
La vraie révolution du livre est ainsi ailleurs que dans les objets du numérique, car ce qui se joue n'a jamais été de l'ordre des machines, mais toujours de celui de la pensée et des mystères de la conscience du vivant.
Aujourd'hui la puissance des algorithmes, que des hommes écrivent, liée à la puissance de l'imaginaire humain, nous désigne comme de véritables magiciens dans l'ordre des substitutions analogiques qui rendent sensibles et plausibles les multiples réalités de l'univers. Ne parle-t-on pas de plus en plus de virtuel, de réalité augmentée et de réalités alternées ? Même si nous n'en tirons généralement pas les conséquences, nous savons bien que le langage que nous utilisons détermine notre perception du monde, comme l'exprime hypothèse Sapir-Whorf, depuis déjà les années 1930.
C'est cela aussi qui est écrit dans cette exposition au Musée d'art et d'histoire du judaïsme, pour celles et ceux qui savent lire au-delà des apparences.
Pourquoi alors, avec la puissance de programmation du numérique et les outils d'investigation des neurosciences, ne pas chercher à mettre au profit de l'édition, des auteurs et des lecteurs, cette force créatrice du langage ?
Par ignorance ou par peur peut-être. Beaucoup en vérité ont oublié que Gutenberg, avant de concevoir l'imprimerie, fabriquait des petits miroirs magiques pour les pèlerins."

vendredi 29 mai 2015

De Nouvelles Conférences en Prospective du Livre et de la Lecture

Si vous voulez entendre autre chose que ce que vous vous racontez déjà jours après jours depuis des mois et des mois avec vos collègues, un autre discours que celui de vos pairs, les nouvelles conférences orientées prospective du livre et de la lecture pourraient vous intéresser.
Deux grands thèmes :  
 
1 - Archéologie de l'ebook et de l'édition numérique
 
Tout a un passé qui éclaire ses tendances et influence son devenir.
Par exemple, les premiers projets de ce que nous appellerions aujourd'hui "bibliothèques numériques", datent de 1934 et 1945, et en 1770 l'auteur Louis-Sébastien Mercier imaginait "La bibliothèque du Roi en 2440".
Aborder les questions posées aujourd'hui par la mutation des dispositifs et des pratiques de lecture sous cet angle, réserve bien des surprises et ouvre l'esprit à des réflexions que la littérature de science-fiction a parfois anticipées.
Le sujet devient par ailleurs riche d'une iconographie renouvelée, au sein de laquelle je compte, par exemple, les "machines à lire" du créateur d'art brut Jean Perdrizet.
Un point de vue décalé pour prendre conscience que la pseudo-révolution de l'édition numérique vient en fait de (très) loin et que de tout temps les hommes ont cherché à améliorer leurs dispositifs d'écriture et de lecture.
 
2 - Lire pour accéder à d'autres mondes !
 
Aborder les problématiques posées par les apports du numérique sur la lecture profonde, la lecture immersive, c'est désigner l'enjeu crucial de ces prochaines années (notamment pour l'éducation).
La mutation de la lecture ne se joue pas tant au niveau de la métamorphose des supports et des dispositifs, que de celui de leur influence sur les pratiques. Pour éclairer le devenir de ces nouveaux usages (pas seulement sur tablettes, mais sur lunettes et montres connectées, ou par casques de réalité virtuelle...) nous pourrions presque déjà regarder du côté des technologies de bioconversion (à terme au niveau des nanobiotechnologies et du neurocognitif, en marge du transhumanisme).
Pour comprendre comment nous lisons et comment le numérique impacte nos lectures nous pouvons déjà nous référer aux recherches en neuroesthétique, ainsi qu'aux travaux de Stanislas Dehaene au NeuroSpin (centre d'imagerie cérébrale), de Maryanne Wolf au Centre de recherches sur la lecture et le langage de l'université Tufts, de Winfried Menninghaus de l'Institut d'esthétique empirique de Francfort, du Living Lab LUTIN "Laboratoire des Usages en Technologies d'information Numériques" de Paris...
Cette thématique "Lire pour accéder à d'autres mondes", qui propose de considérer les livres comme des mondes habitables, recoupe en partie les propos que j'ai récemment exposés dans le post "Vers une non-machine à voyager dans les livres" : c'est une invitation à l'exploration de l'espace mental du lecteur de fictions. Un voyage passionnant, illustré par des peintres et des auteurs, et que j'ai récemment évoqué lors de la séance de janvier 2015 du séminaire "Ethiques et Mythes de la Création" (Bibliographie naturelle et anthropocentrisme).
Un point de vue "dé-lirant" sur la lecture littéraire et une relecture de son histoire.
 
Nota bene
 
Ces propositions sont entièrement modulables en fonction, tant de votre structure, de ses missions et de ses objectifs, que de votre budget et de l'auditoire concerné. Je ne fais jamais deux fois exactement la même conférence.
Par ailleurs la proposition de conférence "Explorer un futur possible de la médiation numérique du livre" reste plus que jamais d'actualité.
Contactez moi ci-dessous en commentaires ou via l'onglet page "CONTACT".

samedi 16 mai 2015

Métaphore de la lecture

L'exercice de la métaphore, dont le synonyme naturel est "image", révèle l'ordre de substitution analogique du monde : c'est dans l'image que nous cheminons.
Ainsi, ma métaphore de la lecture littéraire serait ce transport-là : cette nacelle de montgolfière emportée au-dessus de l'océan, sous la voûte étoilée dans laquelle au loin brille la pleine lune.

Licence photo CC0 Domaine public
Et pour vous ? Quelle serait votre métaphore de la lecture ?