"Toute tentative pour sonder l'avenir tout en affrontant les problèmes du présent devrait se fonder, je le crois, sur l'étude du passé." Robert DARNTON, Apologie du livre, demain, aujourd'hui, hier, Gallimard éd., 2011.

samedi 16 mai 2015

Métaphore de la lecture

L'exercice de la métaphore, dont le synonyme naturel est "image", révèle l'ordre de substitution analogique du monde : c'est dans l'image que nous cheminons.
Ainsi, ma métaphore de la lecture littéraire serait ce transport-là : cette nacelle de montgolfière emportée au-dessus de l'océan, sous la voûte étoilée dans laquelle au loin brille la pleine lune.

Licence photo CC0 Domaine public
Et pour vous ? Quelle serait votre métaphore de la lecture ?

vendredi 8 mai 2015

Barthes, Foucault, Merleau-Ponty, Blanchot... en haruspices du texte

Dans Qu'aurait pensé Roland Barthes de l'iPad ? j'avance l'idée, peut-être pas inintéressante, que quelques intellectuels français du 20e siècle, Barthes, Foucault, Merleau-Ponty, Blanchot... auraient eu l'intuition des perturbations induites aujourd'hui par le numérique sur le texte et la lecture, notamment littéraire.
Qu'en pensez-vous ?
 
 
Viabooks - Le Meilleur des Livres et des Auteurs


lundi 4 mai 2015

Vers une non-machine à voyager dans les livres

Blog pour une littérature cyborg...
De plus en plus, de la veille technologique et prospective à laquelle je me consacre en permanence sur le sujet, bien précis, de l'évolution des dispositifs et des pratiques de lecture, se dessine et se précise un horizon temporel où il sera un jour possible aux lecteurs d'émigrer dans les histoires qu'ils liront, et également, mais à plus long terme alors je pense, aux personnages imaginaires des fictions de rejoindre notre monde et de se mêler à nous.
 
Postuler aujourd'hui, en 2015, la possibilité à moyen terme (50-70 ans) pour des êtres humains de voyager dans des univers parallèles fictionnels peut sembler relever de la plus pure science-fiction, mais il n'en demeure cependant pas moins évident que l'évolution actuelle du monde dit occidental ne permet plus d'envisager raisonnablement l'avenir de la lecture sur les rythmes et les modèles de son passé.
Pour l'instant, je resterai encore discret sur mes domaines d'investigation relatifs à ce sujet précis du "voyage dans les livres". Je dirai seulement que plusieurs éléments concordants m'incitent à penser qu'aucun dispositif exogène d'assistance à la lecture (tablettes évidemment, mais aussi casques à réalités virtuelles et à hologrammes, etc.) ne pourra nous permettre un jour de réellement progresser dans la connaissance des territoires de l'imaginaire, dans l'exploration et l'exploitation des ressources spatio-temporelles et affectives de l'espace mental du lecteur de fictions.
Je pense que la mutation de la lecture ne se joue pas au niveau de la métamorphose des supports et des dispositifs, mais qu'elle serait à rechercher du côté des technologies de bioconversion (au niveau des nanobiotechnologies et du neurocognitif, etc.).
 
Le cas Geneviève Dixmer / Pierre Bayard
 
Le monde de l'édition, autant finalement que celui des technologies contemporaines, semble bien peu soucieux d'accroître ses connaissances sur cette activité complexe qu'est la lecture, qui nécessite la maîtrise et la coordination d'opérations à plusieurs niveaux : neurophysiologique, cognitif, affectif, argumentatif et symbolique.
L'exemple du récent opus signé Pierre Bayard aux éditions de Minuit en témoigne à sa manière.
Intéressant et plaisant à lire, il n'en demeure pas moins que cet ouvrage se déploie dans la lignée de celui de 2013, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, et non pas dans celle de celui de 2014, titré : Il existe d'autres mondes, et que, pour un prospectiviste du livre et de la lecture, cela est regrettable. 
L'essai de Pierre Bayard, malgré sa promesse, ne révèle pas comment véritablement "entrer dans un livre".
A noter toutefois qu'au-delà du simple jeu littéraire donc, on découvre en fait à sa lecture une excellente mise en pratique des propos de Frédérique Leichter-Flack (Le laboratoire des cas de conscience), une approche originale, didactique et illustrée par les dilemmes mis en évidence dans le roman de Zola, et qui pose clairement le débat entre une "éthique des principes", et, une "éthique des conséquences". Rien que pour cela ce livre devrait être lu.
 
La réalité est un mille-feuilles. Pour le constater une nouvelle fois il suffit de se reporter aux nombreux éléments historiques dont nous disposons, et qui sont souvent plutôt contradictoires selon les sources. Par exemple, ceux concernant le sieur Alexandre Dominique Joseph Gonsse de Rougeville, dit le marquis de Rougeville et rebaptisé par Dumas "le Chevalier de Maison-Rouge", et concernant aussi ce fameux "Complot de l'œillet". Il suffit de lire (ou de relire comme je l'ai fait) le roman d'Alexandre Dumas (Le Chevalier de Maison-Rouge), la pièce de théâtre qui en fut tirée, puis de visionner le feuilleton télévisuel de 1963 qui émut tant (le feuilleton pas le livre, notons-le au passage) Pierre Bayard dans sa jeunesse (disponible sur ina.fr).
Dans ces récits parallèles devait se trouver la faille pour entrer dans l'histoire, quitte à la réécrire, un peu sur le modèle des fanfictions.
 
En se contentant d'une simple identification au personnage principal du roman, à la figure du héros, Pierre Bayard, à mon avis et d'après mes expériences personnelles, ne prend pas beaucoup de risques et ne fait guère avancer le schmilblick.
Même si l'ultime fin de son essai, habile, je le reconnais volontiers, revient effectivement à sauver Geneviève Dixmer, ce dont le héros romanesque avait lui été incapable, nous ne pouvons pas véritablement parler d'un passage de l'autre côté du miroir, mais seulement d'un plaisant exercice littéraire.
L'auteur ne suit guère les quelques exemples de métalepses (stratégies narratives par lesquelles un récit fictionnel peut dépasser ses propres limites spatio-temporelles) qu'il expose pourtant dans son premier chapitre comme étant des : "dispositifs de passage entre les mondes réels et fictionnels". A suivre...
 


samedi 18 avril 2015

Pourquoi La Chronique Quichotte ?

De légitimes interrogations s'expriment sur le pourquoi de la compilation de mes chroniques de 2012, publiée il y a quelques jours aux éditions Akibooks. Un extrait de l'avant-propos pourrait je pense y répondre :  
" Durant les cinquante deux semaines de l'année 2012 j’ai réfléchi sur ce que vous faites en ce moment même, à cet instant précis : lire.
Vous lisez.
Le titre que j'avais trouvé pour ce journal de l’année 2012 fut donc, dans un premier temps : ce que vous faites…
Il signifiait aussi [...] : ce que certains font, ou voudraient faire du livre et de la lecture à l’époque des industries du divertissement et de la connexion permanente. Mais finalement, à la relecture, j'ai trouvé ce titre pleurnichard et pas véritablement en phase avec le ton de mes textes. Ceux-là, écrits dans la foulée de mes humeurs, de mes indignations, révélèrent à ma propre relecture une autre dimension, à la fois glorieuse et mortifère, à la fois dans la lignée de Don Quichotte, « miroir et lumière de toute la chevalerie errante », et comme inscrite aussi dans la gravure de Dürer : Le Chevalier, la Mort et le Diable.
Mais La Chronique Quichotte, donc, je l'entends aussi différemment, je l'entends comme étant celle : « qui chotte ».
 
Ce spontané mouvement de pensée met au monde un nouveau verbe, ou Verbe nouveau, nous appelant tous à réfléchir moins pour penser plus, à formuler moins pour redéfinir plus, à être attentifs à la probabilité d'effectivité de l’hypothèse Sapir-Whorf, laquelle postule depuis les années 1930 que : « les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, autrement dit que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage » (Wikipédia).
De quoi s'agit-il alors ici ? Du verbe Chotter, lequel signifiera : agacer par la pointe des mots les installés, les établis, ceux qui se font passer pour de débonnaires moulins à vent, qui brassent des mots qu'ils prennent pour des idées, qui brassent des papiers, des manuscrits des contrats, des gros chèques et des billets de banque, qui brassent beaucoup d'air mais qui sont en réalité des géants, des ogres affairistes et affairés, de perpétuels affamés qui font de l'éternelle et universelle République des Lettres leur grasse pitance quotidienne. Et non seulement ceux-là, mais aussi ceux qui tentent de se faire passer pour les gentils promoteurs d'un nouveau monde 2.0, pour y inoculer leur mentalité et leurs pratiques dans la sphère de l'édition numérique. Ce sont les pires peut-être, les plus hypocrites certainement.
 
J’avais donc décrété l’année 2012, année de la colère. [...] Le ton était donné cependant et l’année 2012 est ainsi passée. Durant ses cinquante deux semaines j’ai, tous les dimanches, mis en ligne sur le web un billet d’humeur [...]
Au final cela n'a rien d'un essai savant. Et c'est tant mieux. Je ne suis pas savant, je suis cherchant.
Le ton reste familier. Cela tient plus du journal, de la confession, des mouvements d'humeur, de mes émotions, de mes découragements parfois, toujours du besoin de partager.
Au début je pensais naïvement être suivi.
J'ai vite déchanté. Par exemple, ma chronique du 29 janvier, consacrée à quelques dangers de l'édition numérique, me fit perdre sans autre forme de procès la direction de la collection Comprendre le livre numérique que j'assumais depuis l'année précédente pour le compte d'un éditeur... numérique.
J'étais lu, les statistiques de mon blog en attestaient, de plus en plus au fil des semaines, mais j'étais aussi de plus en plus décrié et rejeté.
Je pointais d'un doigt accusateur ceux qui sont aujourd'hui en position de pouvoir orienter ou désorienter nos pratiques de lecture en décidant pour des raisons purement commerciales et des objectifs financiers à court terme des nouveaux dispositifs de lecture et de leurs usages, des conditions d’accès aux textes et à leurs utilisations, ceux qui n'ont pas le temps de lire car ils travaillent à gagner de l'argent et qui font passer le livre et la lecture derrière les intérêts de leurs actionnaires et de leurs héritiers.
Une liseuse ou une tablette connectées ne sont pas uniquement des moyens de lire. Ces dispositifs de lecture ne sont pas comme des livres qui se suffiraient à eux-mêmes. Ils sont en vérité les parties apparentes d’un système organisant et contrôlant aussi nos lectures. C'est pourquoi la plus grande vigilance m’apparaît nécessaire. C'est pourquoi j'en appelle ici à l'attention collective et à l'analyse.
Tout cela tourne autour de la prospective du livre, bien entendu [...] Je pense toujours que l'avenir du livre ne peut pas être son passé, mais, que si les outils numériques ne servent pas à l'émancipation des auteurs et des lecteurs, s'ils sont utilisés comme des armes technologiques contre eux, alors là il y a danger. Il faut alors le dire et s'y opposer..."
  
En complément Viabooks publie en exclusivité un très large extrait de la chronique du 15 juillet 2012...
« Rêveries sur le livre de demain, analyses sur les innovations en cours, interrogations sur le sens de la lecture... le lecteur trouvera de nombreuses lumières pour mieux comprendre la nouvelle révolution Gutenberg d'aujourd'hui. En exclusivité pour Viabooks, Lorenzo Soccavo a choisi un extrait qui évoque une vision futuriste des livres, miroirs de leurs lecteurs. ».
A lire ici...

Vous pouvez aussi découvrir des extraits et télécharger le livre sur Google Play...
 

lundi 13 avril 2015

Parution de La Chronique Quichotte, lecteurs et lecture face au numérique

J'ai la joie d'annoncer la parution de "La Chronique Quichotte", sous-titrée : "Journal 2012 sur le livre et la lecture face au numérique" aux éditions Akibooks de Jean-Luc Ménager.
  
Il s'agit là d'une compilation enrichie de mes chroniques d'humeur hebdomadaires écrites sur le vif et publiées sur ce blog de la prospective du livre tout au long de l'année 2012.
 
Coups de gueule à répétition contre : "les ogres affairistes et affairés, de perpétuels affamés qui font de l'éternelle et universelle République des Lettres leur grasse pitance quotidienne. Et non seulement ceux-là, mais aussi ceux qui tentent de se faire passer pour les gentils promoteurs d'un nouveau monde 2.0, pour y inoculer leur mentalité et leurs pratiques dans la sphère de l'édition numérique"... 
Ces chroniques sont plus que jamais d'actualité, d'autant qu'elles développent aussi une autre vision du livre et de la lecture, subjective et assumée comme telle. En arrière-plan la grande question est aussi de penser les conséquences de l’hypothèse Sapir-Whorf des années 1930, qui postule que : « les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, autrement dit que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage ».
Informations et téléchargement sur le site des éditions Akibooks...
 
Le livre est également disponible sur iBooks ; Google Livres et Kobo...
N'hésitez pas à réagir ici même en commentaire ou à le critiquer sur Babelio, réseau social dédié aux livres.